La grande évasion

Eric de Seynes : il pilote Yamaha avec dextérité, en véritable passionné

Article ajouté le 26/01/2016

Eric de Seynes carbure à l’enthousiasme, fort d’une imagination fertile et d’une parfaite gestion des dossiers. Infatigable entrepreneur, il a œuvré dans le sponsoring en F1, GP Moto, WEC, après avoir été producteur de TV… et avant d’intégrer les rangs de Yamaha, il y a 20 ans. Désormais Chief Operating Officer chez Yamaha Motor Europe, il donne les impulsions nécessaires à faire grandir la marque qui lui est chère. Eric de Seynes est également un collectionneur averti, fan de vitesse et de TZ, mais aussi de belles mécaniques classiques, toujours prêt à enfiler le casque et les gants pour un bon coup de moto entre copains. Questions pour un (grand) Patron !

Eric, la moto qui incarne l’aventure ?
La première Yamaha XT 500 avec un réservoir de 32 litres, un mythe…

Celle qui vous a donné le frisson ?
Il y en a eu beaucoup… mais la première était sûrement la R69S de mon père avec son réservoir Hoske et son frein avant Münch.

Le voyage d’une vie ?
Le parcours que je mène à travers le monde de la moto depuis plus de quarante ans…

Celui que vous avez déjà fait ?
J’ai eu mon permis A1 le 10 juin 1976, lendemain de mon anniversaire, et le week-end suivant, je prenais possession d’une Kawasaki 100 G7T chez Jean Murit. Mon père m’avait interdit de m’acheter une 125 cc avant 17 ans, mais heureusement, Kawasaki importait cette 100cc à distributeur rotatif qui marchait comme une 125 cc… Il ne pouvait donc pas s’y opposer ! Le 1er août, je partais sur la route avec un de mes cousins qui avait une Yamaha 125 DTF pour mon premier voyage. De Paris à Pamiers, dans l’Ariège, soit près de 800 kilomètres parcourus dans la journée en passant par Limoges, Brive, Cahors… La semaine suivante, nous avons gravi tous les cols des Pyrénées, en trèfle, à partir de la ferme de mon oncle. Après cette mise en bouche, traversée de la France en 3 jours jusqu’à Nice en passant par Castres, Lacaune, Millau, Florac, Seynes, Uzès, Carpentras, Sisteron, Gap, Barcelonnette. Puis traversée jusqu’à Bastia pour faire le tour de Corse et retour jusqu’à Paris en passant par les Alpes. Près de 3 500 kilomètres en un mois, en 125 cc, hébergés dans la famille ou campant de façon sauvage. Ce fut pour moi un vrai voyage initiatique ! La suite de l’initiation s’est faite à travers les rallyes de Tunisie et le Dakar. J’avais juste 21 ans et je touchais là, le croisement entre l’aventure, la moto et la course. Cela a été pour moi, simple amateur, une formidable expérience de vie.

A gauche - En 1981, à 21 ans, Eric de Seynes participe au Rallye de Tunisie. « Le croisement entre l’aventure, la moto et la course. Une formidable expérience de vie ».
A droite - En 1977, au guidon de sa Kawasaki 100 G7T, Eric de Seynes découvre la France, 3 500 kilomètres en un mois, y compris un tour de Corse.

Votre meilleur et pire souvenir ?
J’ai beaucoup de meilleurs souvenirs : toutes les premières fois, toutes ces premières fois qui vous font grandir… et heureusement, même en prenant de l’âge et de l’expérience, je continue à vivre des « premières fois » assez souvent ! Cette année, j’ai été marqué par un périple de 3 jours en motoneige, en hors-piste, à la frontière de la Norvège et de la Suède. C’était incroyable !

Qu’est-ce-qui vous retient de partir ?
Le fait que ce ne soit pas une priorité, en ce moment. Le voyage, c’est la découverte, la rencontre avec les autres, le dépaysement, la contemplation, le temps suspendu… Actuellement, ma vie me permet beaucoup de ces possibilités au quotidien, alors j’essaye d’en profiter au maximum, dans toute la richesse des rencontres qu’elle m’autorise… Le jour où tout cela devra s’arrêter, je penserai à voyager autrement.

Ce qui vous a donné envie de prendre la route ?
La rencontre. La rencontre des hommes, la rencontre avec la nature, la rencontre avec de nouvelles émotions.

Eric de Seynes est un adepte de la piste, mais il maîtrise tous les terrains, l’opportunité de tester la gamme Yamaha dans les meilleures conditions.

L’objet superflu que vous emporteriez ?
Je ne suis pas sûr d’avoir beaucoup d’objets superflus autour de moi. Je suis un vrai affectif qui ne jette pas grand-chose car les objets portent une histoire et j’aime garder cette relation avec le temps, avec les actions passées. Mais lorsque je pars, ma valise est plutôt légère. Pour moi, c’est la qualité du voyage qui la remplit, aussi j’évite les objets superflus au départ… J’ai fait beaucoup de scoutisme enfant, alors je suis plutôt adepte du minimum vestimentaire et du « papier, couteau, ficelle ».

Un week-end en France, seul ou à deux ?
Je ne suis pas un voyageur solitaire, donc je partirais au moins à deux. Pour deux jours, je ferais soit un petit périple : Périgord, Limousin en MT-09 Tracer depuis Paris, soit 2 jours de la « Diagonale » organisée par « Trail Rando » en Ténéré 660. Les 2 jours qui vont de l’Auvergne à la Provence sont magiques. On part 48 heures, et on a l’impression d’être parti 2 semaines !

« Les 2 jours de la Diagonale organisée par Trail Rando, qui vont de l’Auvergne à la Provence, sont magiques. On part 48 heures, et on a l’impression d’être parti 2 semaines ».

Un aventurier qui vous inspire ?
Fenouil m’a passionné pour son ouverture d’esprit, sa simplicité, sa pédagogie et sa générosité. Entre 15 et 20 ans, j’ai lu ses livres des dizaines de fois… Aujourd’hui, Bertrand Piccard m’inspire.

La musique et le livre qui vous accompagnent ?
J’aime la pop, le rock et le jazz, le swing… une musique mélodique et toujours positive. Teddy Wilson, Errol Garner, Benny Goodman… Une bonne compilation de Louis Armstrong et tu as toujours le sourire. Mon livre, c’est plutôt un livre blanc, carnet de croquis, carnet de bord et d’idées.

Par Claude de La Chapelle. Photos Yamaha
Chazster.com
Roues libres

Dernières vidéos

  1. Le team Rockstar Energy Husqvarna en vidéo
  2. Enduropale 2018 : le team HB Motoblouz dans la course.
  3. Vidéo : Arenacross anglais, l'enfer du devoir.
  4. vidéo : Nico Aubin à l'Enduropale.
  5. La piste de Phoenix en video, 4e course du SX US