Yamaha TW 200 Wolf Moto



Flat&Furious

Par Claude de La Chapelle. Photos : Wolf Moto

Yamaha TW 200 Wolf Moto

Aller le plus loin possible dans l’esprit Flat Track sans perdre de vue l’aspect street legal, voilà le challenge posé aux boys de Wolf Moto, qui plus est, sur la base d’une basique Yamaha TW 200. Ce qui ajoute à la réussite du projet !

Wolf Moto, c’est loin, en Afrique du Sud, 9 000 kilomètres en avion, 14 000 kilomètres si vous préférez tailler la route. A 45 bornes à l’ouest de Durban, Drummond abrite une petite enseigne, Wolf Moto, où s’activent Kyle Scott et Chris Clokie. Des artisans qui abattent du bon boulot, en témoigne cette originale Yamaha TW 200 de 2008, relookée Flat Track, et qui ne manque pas d’allure, chaussée de gros Dunlop K 180 S. La base peut paraître étonnante, mais elle est destinée à une femme, d’où le choix d’une cylindrée modeste, avec une hauteur de selle raisonnable. Si en France, la TW 200 est rare (env. 65 exemplaires vendus), elle est facile à dénicher en Afrique du Sud où elle est utilisée par les fermiers comme un vulgaire utilitaire, forte de son indestructible bloc 4 temps dont la conception, -simple, c’est une qualité-, remonte aux années 70. Elle est également très tendance au Japon où elle se plie aux joies des tuners de tous bords.

La quête d’harmonie

L’histoire de cette Yam commence par le traitement du cadre avec la peinture époxy qui va bien, résistant mieux aux impacts. Wolf Moto réalise ensuite une coque/dosseret en fibres, parfaitement dans la mouvance Flat Track, avec la structure métallique qui la soutient, et sous laquelle vient se loger une petite batterie Lithium-ion, bien moins lourde que l’équivalent au plomb. L’amortisseur, révisé, bénéficie d’un ressort fraîchement repeint tandis que la fourche voit son débattement réduit, à la fois pour plus de maniabilité et pour surfer sur l’esprit Flat Track. Le poste de pilotage met en scène un guidon japonais Posh Factory avec poignées Pro-Taper, surmonté d’un joli phare halogène PIAA avec Led. Un choix judicieux ! Le réservoir, neuf, récupéré dans un magasin, est emprunté à une XS 250 de… 1978. Il participe à cette nouvelle silhouette tout en s’harmonisant avec le moteur repeint en noir, le garde-boue avant made in Japan et la coque. Remarquez le petit sabot ajouré, le carter de chaîne home made… Tous ces détails qui signent les belles bécanes.





Yamaha TW 200 Wolf Moto

Le grand méchant look

Un radiateur d’huile Holley (la marque américaine qui a fabriqué 250 millions de carburateurs !), avec ses durits en inox tressé et ses gros raccords en alu anodisé, vient renforcer le refroidissement tout en offrant un grand méchant look. Wolf Moto a modifié le boîtier de filtre à air et fabriqué un échappement qui s’inspire d’un FMF au bout duquel on découvre un silencieux Supertrapp offrant une délicieuse sonorité de tracteur au ralenti. Au final, la Yamaha a gagné sur tous les tableaux : physionomie, facilité de conduite, performance… Avec une vingtaine de chevaux pour une bonne centaine de kilos, la TW 200 Wolf Moto prend une tout autre dimension, elle ne se contente plus de garder les vaches, préférant le registre du joli petit dirt racer. Prenez-en de la graine !

 Yamaha TW 200 Wolff Moto