Essai pneus Michelin Starcross 5



Par Loïc Léonce - photos Michelin

Essai pneus Michelin Starcross 5

Michelin nous a conviés à essayer sa nouvelle gamme de pneus cross, les Starcross 5, sur le terrain de Vincy-Manœuvre. Présentation des produits, lors de laquelle l’accent a été mis sur la polyvalence de ces nouvelles enveloppes, puis essai en conditions réelles.

Polyvalence, c’est le mot clé : à l’instar de leur concurrent Pirelli avec son MS 32, adopté par de nombreux pilotes pour son caractère universel, les gens de chez Michelin ont bossé dur dans cette direction, pas moins de quatre ans durant, pour développer cette nouvelle gamme de Starcross 5. Il est à noter que celle-ci est disponible depuis le mois de mai en Australie, ce qui a déjà permis d’obtenir de nombreuses informations en retour. La grande nouveauté, c’est d’être passé à deux « nappes » sur la structure du pneu. Ceci permet de gagner quelque huit à dix pour cent de poids en moins, ce qui est très appréciable. Ensuite, avec ces deux nappes seulement, le pneu s’avère sensiblement plus souple, ce qui permet une optimisation de la taille de l’aire de contact, mais aussi le gonflage passe-t-il du coup à 1/1,2 bar.

J’ai commencé par prendre le guidon d’une 350 KTM équipée en « Soft ». Michelin avait bien fait les choses en proposant les mêmes machines équipées de gommes « Soft » ou « Médium » (les « Hard » et les « Sable » n’étant pas encore dispo). A propos des « Soft », je dirai que le pneu avant est vraiment très bon, il accroche et guide bien. En revanche l’arrière glissait beaucoup, la puissance avait énormément de mal à passer au sol, malgré l’excellente préparation du circuit de Vincy. Intrigué, choqué même, j’ai préféré effectuer un arrêt pour vérifier la pression. Et, en effet, celle-ci dépassait 1,2 bars : beaucoup trop, pour sûr ! J’ai donc réclamé le minimum autorisé, c’est à dire 1 bar. C’était mieux, bien mieux, même si je trouve qu’il s’agit là d’une pression quand même assez énorme pour espérer obtenir une bonne adhérence. J’ai demandé ce qui se passait lorsqu’on baissait encore, est-ce que le pneu déjantait ? Et comment allait-on faire avec des mousses, qui ne font certainement pas un bar ? Personne n’a pu me répondre précisément, j’ai été un peu étonné. Abîme-t-on la carcasse au-dessous d’un bar ? On m’a juste répondu qu’il fallait éviter, que c’était « déconseillé », rien de plus. Donc je ne sais pas : je dois avouer que je suis resté un peu perplexe.

Bon, du coup, je suis passé sur une 350 Husqvarna, soit à très peu de détails près la même moto, équipée de « Médium ». Et là, malgré la pluie qui tombait et une piste par conséquent très grasse, j’ai trouvé l’arrière nettement mieux : cette fois la puissance passait au sol, la moto virait en ligne, même sur l’angle. Malgré des crampons plus rapprochés, la terre s’évacuait sans problème. J’ai noté peu de différences à l’avant entre « Soft » et « Médium », tous deux très bien, en revanche à l’arrière, j’ai trouvé le « Médium » très supérieur. Au freinage, il glisse moins, se montre beaucoup plus précis. Pourtant, la piste commençait à devenir boueuse et l’on aurait pu s’attendre au contraire…

Essai pneus Michelin Starcross 5

En fait, après cette journée de tests, j’aurais choisi, sur cette piste et par ces conditions, un « Soft » avant, vraiment très bon, et un « Médium » arrière. Je pense que ce pneu va convenir à bien des situations, à toutes sortes d’endroits, ce qui ne fait que confirmer que, pour ce qui est de la polyvalence, en effet, Michelin a réussi son coup. Car ce « Médium » AR m’a tout l’air d’être un super produit. Sachez que pour l’instant, il n’est disponible qu’en 120, d’ailleurs à Vincy même les 125 cc étaient montées en 120. Cela dit, il faut savoir que ce 120 fait le même poids qu’un ancien 110. Dimension dans laquelle pour le moment le Starcross 5 n’existe pas encore.

J’ai aussi testé une 125 et là, surprise, le « Soft » arrière m’a davantage convaincu que le « Médium » ! Avec un moteur deux-temps, le « Soft » accroche mieux avec ses crampons plus écartés, eh oui, c’est ainsi… Je ne vous affirmerai pas que sur les sauts j’ai senti une réelle différence de poids (8, 10%, avec la boue…), mais apparemment tout s’est bien passé. Non, ce qui m’a épaté, ce sont ces valeurs de gonflage si importantes. En vérité, je ne m’en suis pas remis : comment peut-on rouler avec 1,2 bar dans les pneus ? Ça me laisse pantois. J’ai du mal à comprendre pareille préconisation. A voir. A voir comment les utilisateurs vont réagir. Et, s’ils roulent avec des pneus moins gonflés, comment les carcasses vont-elles l’accepter ? C’est la question que je me posais en quittant le terrain de Vincy, même si, c’est évident, j’ai apprécié les efforts du manufacturier qui, assurément, apporte un plus dans ce sens de la polyvalence qu’il recherchait. Mission accomplie !

Dimensions Michelin Starcross 5

Sable
80/100-21
100/90-19
110/90-19

Hard (Supercross)
90/100-21
110/90-19

Medium (Terrains mixtes-durs)
80/100-21
90/100-21
100/100-18
110/100-18
120/90-18
100/90-19
110/90-19
120/80-19

Soft (Terrains mixtes-meubles)
80/100-21
90/100-21
100/100-18
110/100-18
120/90-18
100/90-19
110/90-19
120/80-19