ESSAI : L'Husqvarna FC 450 Factory "Max Nagl"



Par Paul Malin - Photos Bavo Swigers

ESSAI : L'Husqvarna FC 450 Factory

Max Nagl et Todd Waters ont entamé la saison 2015 au guidon de modèles… 2015. Une monture sur laquelle l’Allemand s’est montré extrêmement performant. Mais lorsqu’il s’est blessé et a donc été contraint-forcé de quitter le championnat, le team Ice One a équipé sans attendre Waters d’une version usine du modèle 2016 à partir du GP de République Tchèque.

Une machine plus fine, plus légère, que l’on s’attendait, lorsqu’il a fait son retour au GP de Lombardie, à voir Nagl adopter immédiatement, mais l’Allemand a préféré continuer avec la moto qu’il connaissait parfaitement et dont il était tout à fait satisfait, expliquant qu’il ne monterait sur le modèle 2016 qu’au lendemain du MX des Nations, fin septembre. Ce qui explique notre surprise lorsque nous avons découvert que la moto qu’on nous proposait à l’essai était la dernière version, sur laquelle Max venait de passer quelques jours (quatre en l’occurrence), ayant démarré le testing juste après Ernée, et non la machine qu’il avait utilisée toute la saison en Mondial. Autrement dit, c’est bel et bien le dernier modèle (FC 450 usine 2016) des derniers modèles qu’on nous a confié !

ESSAI : L'Husqvarna FC 450 Factory

Comme toujours lorsqu’on découvre une machine de plus près, tous les sens sont en alerte quand on l’enfourche:  aussitôt, on vérifie la position du guidon, des leviers, on sautille sur place, se laissant tomber de tout son poids les fesses sur la selle afin de sentir comment s’enfoncent les suspensions, en essayant de se faire une idée précise de l’encombrement général de l’engin. Et dès que vous vous installez sur la moto de Nagl, une évidence saute aux yeux : il s’agit d’une toute petite machine, sans doute la plus petite, la plus basse des 450 cc que vous pourrez trouver. Cette moto paraît tout simplement minuscule ! Le guidon Pro Taper est très bas, au ras du té, les leviers pointent en l’air, la selle est basse et l’arrière de la moto semble lui aussi très bas. Un 85 cc grandes roues, vous voyez ? C’est à peu près ça, la 450 de Nagl. Les Husky 2016 sont super fines, du coup le sentiment qui vient tout de suite à l’esprit, c’est la super compacité de l’engin.

Retrouvez l'essai complet de la machine de Max Nagl dans le numéro huit de Motocross Emag.