BMW R nineT Scrambler : Voyez la vie en grand… guidon !



Par Claude de La Chapelle. Photos : BMW

BMW R nineT Scrambler : Voyez la vie en grand… guidon !

Surfant sur le succès, que dis-je, le plébiscite, de la R nineT dont les ventes ont dépassé les 8 000 exemplaires initialement prévus, BMW Motorrad enfonce le clou avec une déclinaison Scrambler parfaitement dans l’air du temps. Le constructeur bavarois aurait eu tort de s’arrêter en si bon chemin…

La R nineT Scrambler, c’est avant tout une BMW articulée autour d’un bicylindre (Boxer) de 1170 cc, refroidi par air et huile, délivrant 110 ch à 7 750 tr/mn, un couple corsé de 116 Nm à 6 000 tr/mn, à la sonorité incomparable, et pas mal de bonnes sensations, dès que vous enroulez du câble. Son cadre en tube d’acier intègre le bicylindre à plat comme un élément porteur. Notez que la partie arrière est amovible. Elle se dépose facilement, soit pour rouler en solo, soit pour faciliter une quelconque préparation. Les suspensions sont assurées à l’avant par une fourche tout ce qu’il y a de plus classique de 43 mm, -avec soufflets en caoutchouc pour un look vintage-, offrant 125 mm de débattement et à l’arrière, par un monobras oscillant de type Cantilever, avec ressort/combiné central développant 140 mm de débattement. Elle repose sur des roues en alliage léger coulé enrobées de pneus en 120/70-19 à l’avant et 170/60-17 à l’arrière. Des roues à rayons croisés, plus en rapport avec l’esprit scrambler, sont disponibles en option. Et tout cette machinerie fonctionne parfaitement, pour un comportement enchanteur, d’autant que la transmission secondaire présente un rapport plus court favorisant une accélération maximale et un régime de retombée optimal de passage des rapports. Un antipatinage ASC (Automotive Stability Control) est disponible en option. Côté freinage, des étriers 4 pistons pincent des disques de 320 mm à l’avant, en sus de l’ABS, l’arrière étant confié à un monodisque de 265 mm avec étrier 2 pistons.

BMW R nineT Scrambler : Voyez la vie en grand… guidon !

Une conduite plus cool

Pour affirmer son identité Scrambler, sorte de roadster capable de s’aventurer sur les pistes, très à la mode à la fin des sixties/début des seventies avant que le trail ne lui vole la vedette, la BMW adopte une nouvelle ergonomie : guidon plus haut et plus proche du pilote, selle un peu moins rembourrée et repose-pieds légèrement abaissés et reculés. L’objectif est d’offrir une position droite décontractée, « naturelle ». Notez que le réservoir affiche une contenance de 17 litres, de quoi avaler près de 300 kilomètres avant de reprendre un café. L’instrumentation est réduite à sa plus simple expression (compteur de vitesse à affichage analogique) et un phare rond, pouvant recevoir une grille en option (mais non homologué pour la route), vient ajouter à l’identité plutôt dépouillée du genre qui réduit les carénages au maximum pour une allure puriste. Qui dit scrambler pense inévitablement échappement haut et la BMW se plie à la règle avec un gun à deux silencieux superposés en acier inoxydable grenaillé. La ligne haute,- dont le pot catalytique de dimensions accrues assure une dépollution encore plus efficace des gaz d’échappement-, est serrée au plus près de la moto pour renforcer une silhouette déjà élancée.

L’émotion au rendez-vous

La déclinaison scrambler de la nineT, livrée en un seul coloris, Monolith metallic matt avec une jolie selle cintrée et surpiquée au look cuir patiné de couleur marron sellier, bénéficie d’une présentation soignée, justifiant son tarif qui devrait avoisiner les 13 500 €. Elle sera disponible dès le deuxième semestre 2016. C’est moins cher que le roadster car le réservoir est en tôle d’acier (en option, réservoir en alu brossé à la main, à cordon de soudure apparent rectifié à la meule), la fourche conventionnelle, les roues à bâtons, le freinage moins sophistiqué… Pour autant, cela ne devrait pas altérer votre plaisir de dévorer la route. Appréciez les pièces raffinées en aluminium matricé à surface grenaillée aux billes de verre, puis anodisée nature ou les patins de serrage également en aluminium pour le guidon en tube d’aluminium conifié paré d’un monogramme BMW Motoradd estampé. Autant de détails qui flattent la rétine et qui valident la démarche des stylistes dont le souhait est de « solliciter tous les sens de son pilote et éveiller des sensations fortes. » BMW Motoradd joue à fond la carte de l’émotion et indiscutablement, l’alchimie prend. Cette NineT Scrambler connaîtra sans nul doute le même succès que le roadster.