Interviews

Course de sable, Interview : Camille Chapelière

Article ajouté le 21/11/2016

7e de la RedBull Knock Out qui se déroulait samedi en Hollande, Camille Chapelière n'a pas signé la performance que l'on espérait, lui qui était parvenu à bousculer l'ogre Herlings lors de la qualification du matin. On a donc pris le bigophone pour en savoir un peu plus sur cette toute relative contre performance...

 

Alors, content de ta prestation de ce week-end ?

"Pas vraiment, non. Tout n'est pas à jeter, notamment ma qualification où je me suis surpris à me battre avec Herlings, allant même jusqu'à le doubler, mais lors de la finale, j'ai galéré. Rien à voir avec la course du matin où je m'étais régalé. Pourtant j'avais pris un bon départ. Je signe le holeshot, mais Herlings, Watson et Coldenhoff me doublent et de suite, me mettent un vent. Impossible de prendre un bon rythme et les suivre. Je m'en mets une bonne ensuite après une demi heure de course alors que je roulais avec Maxime Renaux et me retrouve bloqué sous la moto. L'horreur. Heureusement, qu'un concurrent m'a alors aidé pour m'en sortir ! Par la suite, je roulais septième, seul et j'ai fini sur un faux rythme."

Pourquoi avoir participé à cette course ?
"Déjà parce qu'il y a beaucoup d'argent à gagner ! Si tu la remportes, tu prends 25 000 euros. Mais il n'y a pas que ça : c'est une belle épreuve, pas trop dangereuse. Ça fait un bon entraînement supplémentaire pour le championnat de France des Sables."

Comment tu juges la piste ?

"Elle est sympa, j'aime bien. La ligne droite est assez longue (ndr, près de 2 kilomètres), mais la vitesse moyenne n'est pas si élevée que ça. Ils innovent aussi avec des portions techniques comme la Forest, cette succession de troncs d'arbres couchés, le Minefield (nr, littéralement, le champ de mine), ces bosses placées aléatoirement. Ou cette succession d'une vingtaine de grosses bosses qui peuvent se prendre en double. Ça change un peu des pistes traditionnelles et j'aime bien même s'il est vrai qu'au niveau des troncs d'arbres, on prenait tous le talus ! Idem dans les vagues, c'était vraiment tendu de les enchaîner. Voir impossible. Où alors, il fallait s'appeler Herlings. La seule fois où j'ai essayé, je me suis vite ravisé car j'ai manqué m'en prendre une vraie. C'était vraiment chaud ! D'ailleurs, une confidence, je ne sais pas comment il y arrivait, lui !"

Est-ce que tu y croyais à tes chances, et à celle des spécialistes du sable, de bousculer Jeffrey Herlings lors de cette course ?

" Absolument pas ! Dès le début, j'ai dit que la seule portion où j'étais capable de le doubler, c'est sur la ligne droite. Il est le meilleur pilote de sable au monde, il ne fallait pas rêver. La seule possibilité de le battre sur cette course, c'était qu'il grille son embrayage à rouler comme sur la terre... Mais KT a bien bossé, sa machine a tenu le coup alors c'était plié. Non, je cois que nous autres, les spécialistes du sable, on peut rouler avec des pilotes de GP qui scorent des tops 15. Mais les gars du top 5, il ne faut pas espérer !"

Tu as appris des choses quand même à rouler avec lui ?

"Avec lui, t'es sympa ! (rires) Oui, j'ai compris deux trucs. Que j'avais sans doute le meilleur moteur du plateau. J'étais quasi certain de faire le holeshot en finale car j'avais repéré en plus la bonne ligne. Mais qu'en suspensions, ils ont du matos de folie. Lorsque je l'ai suivi en qualif, c'était incroyable de voir comment sa machine filait droit dans les vagues. Elle ne bougeait pas alors que la mienne..."

Ton programme d'ici Hossegor, le 2 décembre ?

"Je vais déjà soigner ma crève et la semaine prochaine, je descends dans le sud ouest pour rouler. Il faut que je rectifie mon début de saison un peu gâché par les chutes... J'avais remporté Hossegor l'année dernière, une course que j'apprécie, ça serait bien de rééditer !"

Vincent, photos, Valentin et YMF
Chazster.com
Roues libres

Dernières vidéos

  1. Video : Le team HVA Rockstar au Dakar
  2. Tim Gajser I The Rookie : Road to Glory Part 2
  3. VIDEO : La Triumph Bonneville Street Twin à l'essai
  4. Bonne année 2016 !
  5. La Yamaha XTZ Crosser 150cc par Bendita Macchina